top of page

Consolamini, consolamini !

(en latin, strophe du Rorate Caeli)

Consolez, consolez mon peuple...





2ème Dimanche du Temps de l'Avent B


Nous lisons et méditons

ce magnifique passage du Prophète Isaïe

au chapitre 40 :

"Consolez, consolez mon peuple !

Parlez au coeur de Jérusalem...

Toi, monte sur une haute montagne

et proclame : "voici votre Dieu!

Voici le Seigneur Dieu ...!"



De quelle consolation peut-il bien s'agir ?

La consolation n'est pas à entendre ici

en un sens affectif,

comme on consolerait un enfant...

C'est plutôt de cette manière

qu'il faudrait la comprendre :

Dieu nous donne une réponse

qui nous fait vivre,

qui donne un sens à notre vie !


Nous savons que dans l'Ecriture sainte

et tout particulièrement l'Evangile,

l'Esprit de Dieu est appelé

le Consolateur, le Défenseur, l'Avocat...

Dieu vient donc jusqu'à nous, dans la force

de Son amour rédempteur

en entrant Lui-même

dans notre histoire humaine

et dans notre histoire personnelle !

Et c'est comme cela qu'Il nous sauve...



1

À Noël, Il nous console et nous donne

Sa vertu de guérison intérieure

pour racheter notre humanité

et la féconder par Sa divinité.



2

À Noël, Il nous console

de nos culpabilités, de ces sentiments

confus et récurents que nous pouvons éprouver

à propos de notre passé,

à propos de notre vie avec nos proches !


Sa divinité se marie donc avec notre humanité,

non pour en épouser le péché,

mais pour racheter nos "râtés"

et nos actes manqués !

Tous ceux que nous nous

reprochons si amèrement...



3

À Noël, Il nous console

de ces éternels recommencements

où nous trébuchons toujours

sur les mêmes obstacles

et nous attardons constamment

dans les mêmes ornières...

En Dieu, rien n'est jamais irrémédiable

s'agissant de notre histoire,

de nos inclinations de tempérament

et de caractère, indéniablement

dérèglées par l'héritage du péché originel..


(Qui a étudié le sens de sa foi,

qui est entré dans l'intelligence

de ce qu'il croit,

sait que le péché originel

a été déterminant...)




Dieu incarné, le Christ est médecin,

le médecin des âmes ...

À Noël, Il nous console

de la triste impression

que nous avons, de devoir

sempiternellement recommencer les mêmes

efforts, tenir les mêmes

perspectives cohérentes,

et fonder les mêmes espérances

à propos de la guérison de nos blessures intérieures,

spirituelles, humaines et psychologiques !

Dieu incarné, le Christ est médecin,

le médecin des âmes ...



À Noël, Il nous console et nous guérit

de l'impression diffuse mais toujours fréquente,

de l' "inutilité de notre vie..."

Ce sentiment qui nous traverse parfois,

qui nous submerge quelque fois

mais que nous n'osons pas bien nous avouer,

tant on nous a formatés à devoir

être toujours productifs !



À Noël, nous comprenons

qu'il n'est pas nécessaire

de faire tant et tant d'activités

pour tenter de donner un sens à notre vie !

Car avec Noël, tout prend son sens,

le sens que Dieu donne à notre Vie

en l'associant à Son action divine en nous,

dans notre monde,

pour nous et pour notre monde ...



4


À Noël, tout prend un sens,

le sens que Dieu donne

à notre vie souvent contradictoire,

en ne cessant de vouloir la racheter...

Si nous vivons dans la pauvreté,

et l'indigence, l'injustice parfois,

la solitude, la souffrance ou la maladie,

la méchanceté humaine même,

non qu'il faille nous en contenter,

mais que n'a t-Il Lui-même enduré

pour racheter l'impensable,

en vue de notre rétablissement effectif et définitif.



5


L'Artisan de cette consolation divine,

le Dieu chrétien,

le Dieu de l'Amour sauveur,

nous demande de la répandre autour de nous...

C'est cela l'apostolat de la grâce de Dieu :

faire percevoir à ceux que nous côtoyons

que pour tenter de se comprendre soi-même,

il faudrait chercher à se retrouver

en Dieu et par Celui, le Christ,

qui s'est fait l'un de nous !


+


ô Chrétien, reconnais

ta grâce, ta chance,

ton bonheur et ta dignité :

tu as été façonné

d'une manière inédite ;

tu es humain et tu es divin !

Voila la source de ton salut et de ton originalité,

mais aussi de ta complexité ...



Consolamini ! Consolez !

Comentarios


bottom of page