top of page

La prière pour un moderne...


Héritiers sans toujours le savoir, du siècle de

Descartes, et connaissant peu Pascal, on nous

a appris à mettre notre confiance surtout dans

la raison et beaucoup moins dans l'intuition...

Et de manière plus récente, à valoriser le

sentiment pour ne pas dire le sentimentalisme

plutôt que le sens de Dieu et le sens du sacré...


Pour entrer dans la prière et surtout dans une

vie de prière, il convient de développer en soi

et comme une bonne habitude perpétuelle, le

sens du sacré. C'est un tout autre monde car

le sacré se trouve hors de nos techniques

modernes et habituelles... Nous n'y sommes

pas habitués ! Aussi, la prière passera par une

acclimatation à un tout autre monde, plus

simple et dépouillé, apparemment austère,

mais en réalité divin, éternel et silencieux.

Pour que Dieu se manifeste de la manière

qu'Il veut, une seule chose est nécessaire

et absolument nécessaire : le silence !

Le bruit de la bouche, du cœur et de la tête,

ne laisse pas le Dieu transcendant se révéler

dans l'immanence de notre condition...



Pour prier il faut faire l'effort de tendre vers

Dieu et cet élan est plus affectif qu'intellectuel !

Le Dieu du Christianisme est un Dieu proche,

un Dieu Père ! Dans la prière, on se comportera

donc avec confiance comme un enfant vis-à-vis

de son père. On découvrira même, avec un peu

d'expérience, que Dieu est tout autant père

qu'Il est mère... On se présente donc comme

on est, sans gêne de ce que nous sommes et

tels que nous sommes, simplement et humble-

ment ! On priera de même qu'on aime dans la

vie quotidienne, c'est-à-dire simplement, de tout

son être, spontanément ! Il n'est pas nécessaire

d'être éloquent, cultivé ou lettré pour bien prier !

Sans doute suffit-il d'être humble et de rester

ce que nous sommes : c'est toute notre

personnalité qui prie et l'on ne change pas de

personnalité pour bien prier ! Les prières qui

s'élèvent de la terre vers le Ciel, diffèrent les

unes des autres autant que diffère la

personnalité de ceux et celles qui les confient !


Pour beaucoup, au début, la prière correspond

à une liste de demande ; progressivement,

lorsqu'on découvre ce qu'est vraiment la prière,

elle cesse d'être une pétition pour devenir une

simple adoration, un simple silence de présence

aimante...


On priera avec ses mots ; ses mots d'enfant

comme ses mots d'adulte, et avec le temps, on

découvrira la grâce particulière de prier avec les

mots de la foi et surtout, avec les mots

de la Liturgie... (Cf cours sur la spiritualité

liturgique...)


Pour acquérir le sens de Dieu, le sens du sacré,

on découvrira que c'est surtout notre vie qui

doit prier et se mettre en prière. "Dis-moi

comment tu vis et je te dirai comment tu pries !"

Un genre de vie sobre, en perpétuelle quête de

conversion de simplicité intérieure et extérieure,

prédisposera facilement à la prière et au sens

du sacré. Toute la prière doit s'inscrire dans notre

vie et ne pas être à côté de notre vie, comme

toute la vie s'insinue dans la prière !


Où prier ? On priera évidemment partout !

Dans la rue, en voiture, dans le train, à l'école

et au travail, mais de grâce, que l'on comprenne

que l'on priera surtout et beaucoup mieux

dans les champs, dans les bois, dans la solitude

de sa chambre et jamais mieux que devant le

Saint Sacrement, présence très réelle de Jésus-

Christ dans une église...


Avec le silence comme bonne habitude, le calme

intérieur est un terreau indispensable. Il est

habituel de noter que pour la Tradition spirituelle,

la colère est un poison qui empêche de prier !

Ruminer même intérieurement contre quelqu'un

ou quelque chose, nous fera sortir assurément

de l'esprit de prière... Or, nous savons bien que

ce calme intérieur dépend grandement de notre

état physique et psychologique... Notre vie

personnelle doit prendre une distance certaine

avec le fracas, l'agitation, le bruit, la confusion

et la dispersion, pour devenir une vie de prière...

Et que l'on se souvienne combien une vie calme

n'est pas une vie triste ; qu'une vie silencieuse

n'est pas nécessairement une vie austère, et

qu'une vie paisible n'est pas forcément une

vie monotone ou ennuyeuse... Là où Dieu

habite, là où on Le connaît, là où on honore

Sa Présence, la vie n'est pas ennuyeuse, elle

est simplement ordonnée, pour que le sacré

occupe la première place et soit au premier plan !

Vouloir prier, c'est donc commencer à consentir

à choisir un mode de vie et une tonalité

habituelle, qui de fait, ne sont pas modernes !


La compréhension et l'acceptation de ce choix

délibéré de vie, correspond en soi,

à une conversion des mœurs ! Le plus dur,

ce n'est pas de prier, mais de consentir à un

changement de manière de vivre, tout en

restant dans notre vraie vie, pour entrer

dans la vie de la prière de notre vie...

Vie de prière, prière de vie !

Les deux dimensions doivent s'unifier l'une

vis-à-vis de l'autre et réciproquement ! Quand

on veut prier, c'est la vie qui doit se mettre

en ordre, dans l'ordre du divin... Car Dieu

ne vit pas dans le chambard mais dans

l'harmonie... Nous ne serons jamais de fait,

dans l'harmonie parfaite, mais nous pouvons

néanmoins rechercher l'harmonie relative,

par des moyens concrets, laquelle nous

prédisposera humainement à entrer déjà

dans le monde de Dieu ! Entrer dans le monde

de Dieu, c'est déjà prier...


Il s'agit donc beaucoup plus d'entrer dans

l'esprit de la prière, que de "faire des prières..."

Et en ce sens, la prière véritable a une vraie

influence sur notre quotidien et sur

notre personnalité. C'est en devenant une

habitude que la prière agit sur notre caractère.

Il faudrait prier fréquemment, penser à Dieu

bien autant que nous respirons !

De très courtes invocations mentales,

des paroles bibliques, des psaumes

ou de l'Evangile, peuvent nous maintenir plus

habituellement en présence de Dieu...

Toute la conduite est alors inspirée

par la prière, car la prière est devenue une

manière de vivre... C'est par la prière que nous

allons à Dieu et que Dieu entre en nous !

L'homme a besoin de Dieu autant qu'il a besoin

d'eau et d'oxygène... Il a besoin d'intuition

autant que de raison, d'éternel autant que

de régularité temporelle ! Son équilibre se

situe dans une tension devenue naturelle :

le sens de Dieu et le sens des réalités humaines.

Dieu s'est fait homme pour que l'homme

devienne Dieu ! C'est le génie du Christianisme !

Comments


bottom of page